Hygiène féminine – Les soins adaptés pour votre zone intime

La zone intime féminine a besoin d’une hygiène assurée dans une juste mesure. Un excès d’hygiène perturbe l’équilibre fragile de l’environnement vaginal, et à l’inverse, avec des soins insuffisants, les femmes se sentent rapidement mal à l’aise. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir sur l’hygiène intime de la femme.

A l’époque de nos grands-parents, on prenait son bain le samedi, et on se lavait avec un gant de toilette au lavabo ou à l’évier le reste de la semaine. Aujourd’hui, la douche quotidienne va de soi pour la majorité des femmes et les infections au niveau de la zone intime ne sont que très rarement dues à un manque d’hygiène corporelle. Au contraire, la cause réside généralement dans un excès de propreté et l’utilisation de savons ou de gels douche inadaptés. Une hygiène intime trop intensive et l’utilisation de produits de soins inadaptés perturbent l’équilibre fragile de la zone intime féminine, et les champignons et bactéries ont alors la partie facile.

La zone intime externe de la femme comprend:

  • les lèvres externes et internes (grandes et petites lèvres) du vagin;
  • le clitoris recouvert d’un capuchon;
  • le vestibule de la vulve.

Une femme en bonne santé a:

  • un pH de 4 à 4,5 au niveau du vagin;
  • des pertes d’environ 5 à 10 ml par jour;
  • des pertes de couleur transparente à blanchâtre/laiteuse.

Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien si:

  • vous souffrez de démangeaisons ou de brûlures au niveau de la zone intime;
  • vous constatez des pertes inhabituelles de couleur jaunâtre ou des pertes grumeleuses blanchâtres;
  • vous percevez une odeur très désagréable, éventuellement une odeur de poisson.

Naturellement bien protégée

L’environnement de la zone intime féminine est protégé des infections par certaines bactéries. A la puberté, des bactéries appelées bacilles de Döderlein colonisent la muqueuse vaginale. Ces bactéries lactiques se nourrissent du glycogène (sucre complexe) présent dans l’enveloppe des cellules mortes de la muqueuse. Cela leur permet de produire de l’acide lactique. Certaines souches libèrent également de petites quantités de peroxyde d’hydrogène dans l’environnement. Grâce à ces bactéries très importantes pour la santé, la zone intime de la femme bénéficie d’un pH de 4 ou moins. Ce milieu vaginal acide vous protège des infections causées par des germes néfastes. Les soins intimes doivent donc avoir pour objectif de nettoyer en douceur cette région sensible – d’une part pour veiller à sa propreté et d’autre part pour ne pas perturber le fragile équilibre.

Toilette intime

Les savons et gels douche parfumés ont généralement un pH compris entre 9 et 11. Les produits d’hygiène pour le corps disponibles en pharmacie promettent de nettoyer la peau à un pH de 5,5 (pH neutre). Pour la peau normale, ce pH est tout à fait adapté. Mais pour les soins intimes, il reste trop élevé. De tels produits endommagent le manteau acide naturel de la zone intime féminine. De fait, il suffit de laver chaque jour la zone intime soigneusement à l’eau claire et de changer tous les jours de sous-vêtements. Les savons, gels douche et lotions de toilette sont superflus. Néanmoins, la plupart des femmes ne se sentent pas à l’aise avec une hygiène intime «si limitée» et ont le sentiment de ne pas être propres. Utilisez des lotions de toilette intime, spécialement conçues pour les zones intimes, si vous trouvez que le nettoyage à l’eau n’est pas suffisant. Ces produits assurent une hygiène en douceur et ne perturbent pas l’équilibre fragile de la zone intime.

Une flore vaginale en bonne santé est la clé pour prévenir les mycoses vaginales!
Ci-après, vous trouverez tous les conseils en un coup d’œil.

  • Pour votre hygiène intime, utilisez exclusivement de l’eau et éventuellement une lotion douce pour la toilette intime qui ne contient pas de savon et possède un pH physiologique. Les savons parfumés et les produits pour le bain peuvent attaquer le manteau protecteur acide.
  • Evitez toute utilisation de sprays ou de déodorants intimes, car ils ne font qu’irriter la peau inutilement.
  • Nettoyez toujours la zone intime de l’avant vers l’arrière lors du passage aux toilettes. Vous éviterez ainsi de transporter les champignons intestinaux dans la région vaginale.
  • Une hygiène excessive peut également favoriser les infections fongiques, car elle affaiblit le mécanisme de défense de la peau. Evitez les bains trop longs et trop chauds en cas de risque de mycose élevé.
  • Les champignons se nourrissent principalement de sucre. Les femmes qui ont tendance à développer des mycoses devraient uniquement consommer avec modération les aliments contenant du sucre.
  • Portez des sous-vêtements en coton et évitez les matières synthétiques moulantes.
  • Lavez votre linge à au moins 60°C et/ou utilisez le fongicide pour lessive Canesten® Hygiène pour le désinfecter, afin d’éviter une nouvelle infection.

Le rasage de la zone intime est-il néfaste?

Un pubis totalement lisse est devenu une évidence pour beaucoup de femmes. Que les poils soient enlevés seulement en partie ou en totalité est une affaire de goût personnel. Le retrait des poils au niveau de la zone intime réduit la surface de contact pour les bactéries et champignons nocifs. Parallèlement, cela peut aussi engendrer de minuscules lésions cutanées qui servent de portes d’entrée aux infections. De plus, il y a un risque de poils incarnés dans de rares cas. Ainsi, les avantages et inconvénients du rasage de la zone intime se compensent et la décision vous revient en fonction de vos préférences.

Pertes

Toutes les femmes ont des pertes, c’est tout à fait normal. La consistance et la quantité sont variables d’une femme à l’autre. De plus, il y a des fluctuations naturelles en fonction du cycle menstruel. Tant que les sécrétions vaginales restent transparentes à laiteuses et n’ont pas une odeur désagréable, il n’y a pas à s’inquiéter. Des pertes blanches à légèrement jaunâtres dont la consistance rappelle le séré suggèrent une infection fongique au niveau du vagin (mycose vaginale). En règle générale, vous souffrez alors également de sensations de brûlures ou de fortes démangeaisons au niveau de la zone intime. Vous pouvez vous-même traiter facilement et efficacement une mycose vaginale. Pour ce faire, des produits délivrés sans ordonnance sont disponibles en pharmacie.

Hygiène féminine après des rapports sexuels

Les femmes devraient aller aux toilettes et uriner après des rapports sexuels. Cela permet d’éliminer automatiquement les bactéries qui ont été poussées dans l’urètre à cause des frottements engendrés par les rapports sexuels. Sur un plan anatomique, l’urètre de la femme est très court. Par conséquent, les femmes sont plus sujettes aux cystites que les hommes. En règle générale, il suffit de rincer la zone intime à l’eau tiède après avoir eu des relations sexuelles. En utilisant un lubrifiant en temps voulu, vous pouvez éviter des symptômes tels que douleurs ou brûlures après les relations. Les petites lésions qui sont à l’origine de ces symptômes sont une porte d’entrée optimale pour les bactéries et champignons. Du reste, la mycose vaginale n’est pas une maladie vénérienne. Les champignons ne bénéficient pas de conditions idéales au niveau du pénis. Par conséquent, il est très rare qu’une infection fongique soit transmise entre l’homme et la femme. Néanmoins, il peut être pertinent de traiter également votre partenaire si et seulement si vous souffrez régulièrement de mycoses récidivantes et que toute autre cause a été exclue.

Sommet