Les probiotiques stabilisent l’équilibre microbiologique de la flore cutanée

De nombreux micro-organismes précieux résident dans la flore de la peau et des muqueuses humaines. Leur activité nous protège contre des germes potentiellement dangereux pour la santé. Les mécanismes de défense de la flore vaginale reposent notamment sur les fonctions métaboliques des bactéries lactiques. Les probiotiques soutiennent l’équilibre microbiologique et préviennent une colonisation inappropriée de la flore vaginale en apportant au corps des micro-organismes précieux.

Toute la surface de la peau et des muqueuses humaines est colonisée par de nombreux micro-organismes utiles. La flore naturelle se développe peu après la naissance, principalement à partir des germes de la mère qui sont transmis au nouveau-né. Dans le vagin presque stérile d’une petite fille, la flore vaginale se forme à partir des germes cutanés et intestinaux au cours des premières semaines de la vie. L’âge et le développement physique sont des facteurs qui influent sur la formation et la composition du milieu vaginal. Environ 100 millions de germes peuvent être détectés dans un millilitre de sécrétion vaginale d’une femme adulte en bonne santé. Plus de 200 espèces de bactéries lactiques (lactobacilles) résident dans le vagin et y assument une fonction protectrice importante.

Une flore cutanée en bonne santé

Les micro-organismes précieux présents dans une flore cutanée équilibrée agissent de façon à défendre la zone contre des germes potentiellement nocifs et à éviter leur propagation. Lorsque l’équilibre microbiologique est intact, les bactéries ou champignons pathogènes ne sont certes pas complètement absents de la peau, mais ne trouvent pas de conditions suffisamment bonnes pour se multiplier à loisir et causer ainsi une infection. Au niveau du vagin, c’est principalement aux bactéries lactiques qu’il revient de veiller, grâce à leurs fonctions métaboliques spécifiques, à assurer des mécanismes de défense efficaces contre les agents pathogènes. Les bactéries lactiques utilisent le sucre qui est stocké dans les cellules vaginales sous l’effet des œstrogènes. Elles transforment ce glycogène en acide lactique et créent ainsi un milieu vaginal acide avec un pH situé entre 3,8 et 4,4. Certaines souches de lactobacilles produisent également du peroxyde d’hydrogène. L’oxygène libéré a un effet désinfectant et oxydant et, combiné à l’acidité élevée de l’environnement, repousse les pathogènes importuns.

Déséquilibres du milieu vaginal

Les germes pathogènes parviennent jusqu’au vagin de différentes façons. Ils pénètrent notamment le vagin par la peau, depuis la région anale et par le biais des relations sexuelles. Un équilibre microbiologique intact de la flore vaginale bloque la propagation des pathogènes et limite ainsi le risque d’infections. Si le nombre de bactéries lactiques dans le vagin diminue de manière disproportionnée, l’acidité de l’environnement disparaît et le milieu vaginal perd son mécanisme efficace de défense. Les causes d’une baisse du nombre de bactéries lactiques dans la flore vaginale ne sont pas clairement établies sur le plan médical.
Néanmoins, on suspecte le rôle de certains facteurs de risque dans la diminution des lactobacilles.

  • Les bactéries lactiques se développent sous l’influence des œstrogènes. Dans la vie d’une femme, la sécrétion de cette hormone sexuelle est sujette à des variations naturelles, qui surviennent périodiquement pendant le cycle menstruel ou en fonction de l’âge (p. ex. au début de la ménopause). Une baisse du taux d’œstrogènes a ainsi des conséquences négatives sur la croissance des bactéries lactiques et peut entraîner leur diminution.
  • Des médicaments comme les antibiotiques qui sont utilisés pour le traitement d’infections pendant une période prolongée ou les cytostatiques qui inhibent la croissance cellulaire dans le cadre d’un traitement anticancéreux peuvent compromettre l’augmentation des bactéries lactiques dans le vagin.
  • Les observations médicales suggèrent que les relations sexuelles avec de multiples partenaires pourraient être liées à des risques pour la santé du milieu vaginal.
  • Des mesures d’hygiène trop intensives, notamment l’emploi de cosmétiques, produits pour le bain ou déodorants fortement parfumés, sont nocives pour les micro-organismes précieux de la flore vaginale.
  • Le stress, les soucis et les angoisses qui pèsent sur le quotidien peuvent également perturber l’équilibre microbiologique fragile du milieu vaginal.

Lorsque la flore vaginale perd ses défenses de par le déclin des bactéries lactiques, les micro-organismes pathogènes profitent de l’occasion pour se propager. Parmi les germes qui sont à l’origine d’affections gynécologiques, on peut citer:

  • les bactéries pathogènes, principalement faisant partie de l’espèce Gardnerella vaginalis, impliquées dans le développement des vaginoses bactériennes;
  • la levure microscopique Candida albicans, responsable des mycoses vaginales.

Ces deux affections compromettent considérablement le bien-être et entraînent des symptômes tels que démangeaisons, pertes accrues, brûlures et douleurs à la miction ou lors des rapports sexuels. Que ce soit pour la vaginose bactérienne ou la mycose vaginale, le personnel spécialisé doit poser le diagnostic avec certitude. Ensuite, des traitements médicamenteux adaptés permettent de combattre les infections. Les probiotiques sont disponibles pour accompagner le traitement et contribuer à la reconstitution d’un équilibre microbiologique sain dans le milieu vaginal.

Action des probiotiques

Les probiotiques sont des produits qui contiennent des micro-organismes vivants. Leur apport vient compenser une colonisation inadaptée de la flore cutanée. Les probiotiques peuvent déployer leur action dans différentes régions de l’organisme. Ils influent positivement sur la fonction intestinale, soutiennent le système immunitaire et contribuent à la reconstitution de la flore vaginale. Les probiotiques conviennent parfaitement en tant que traitement d’accompagnement d’une vaginose bactérienne, en cas de déséquilibre microbiologique persistant. Ils sont administrés sous forme de comprimés pour une prise orale ou en tant qu’adjonction aux aliments. En cas de perturbations du milieu vaginal, une utilisation locale au niveau du vagin est recommandée. Interrogez votre pharmacien(ne) en ce qui concerne la possibilité d’utiliser des probiotiques en traitement d’accompagnement si vous souffrez de manière répétée de problèmes de santé qui sont liés à une colonisation inadaptée de la flore vaginale.

Sommet