Le cycle menstruel – mieux comprendre le cycle féminin

Le cycle menstruel correspond à l’interaction subtile de divers hormones et médiateurs qui dirigent les fonctions de l’organisme. Chaque femme a ainsi son propre cycle. Découvrez ici ce qui se passe dans le corps de la femme tout au long du cycle.

Le cycle menstruel rythme la vie d’une femme pendant de nombreuses années. Chaque cycle commence le premier jour des règles et se termine le jour précédent les nouvelles règles. Sur un plan purement statistique, une femme aura environ 500 fois ses règles jusqu’à la ménopause. Chaque femme vit les cycles menstruels différemment. L’âge et les éventuelles grossesses précédentes ont également une influence sur le déroulement du cycle. Les saignements (les règles) sont la caractéristique la plus visible du cycle. Mais entre les règles, il se passe également beaucoup de choses dans le corps – généralement à l’insu de la femme. Découvrez ici avec nous comment votre corps se prépare pour une grossesse mois après mois. Voici au préalable un aperçu des principaux éléments.

  • Généralement, les jeunes filles ont leurs premières règles entre 10 et 16 ans.
  • Un cycle menstruel normal dure entre 21 et 35 jours. Le cycle de 28 jours souvent mentionné dans la littérature représente ainsi une moyenne.
  • Les pertes de sang sont de 50 à 80 ml par règles.

Symptômes fréquents pendant le cycle

  • Douleurs au moment de l’ovulation (appelées «douleurs ovulatoires»)
  • SPM (syndrome prémenstruel) avec symptômes physiques et psychologiques avant les règles
  • Fortes douleurs pendant les règles
  • Problèmes menstruels tels que maux de tête, nausées, vomissements, diarrhées, malaise

Consultez un médecin si:

  • vous souffrez de saignements importants qui perturbent votre bien-être;
  • vous avez plus de 16 ans et n’avez pas encore vos règles;
  • vos règles surviennent à intervalles anormalement longs ou rapprochés ou sont absentes;
  • vous présentez des saignements légers et intermédiaires.

Le cycle féminin

Tant qu’une femme n’est pas enceinte, son corps se prépare à une éventuelle grossesse lors de chaque cycle menstruel. Depuis les premières règles survenant à la puberté – ménarche – jusqu’à leur arrêt définitif – ménopause –, le cycle menstruel se reproduit à un rythme régulier pendant environ 40 ans. Les hormones prennent les commandes du cycle féminin; les plus importantes sont les œstrogènes et l’hormone du corps jaune appelée progestérone, laquelle fait partie des progestatifs. En plus de ces hormones sexuelles féminines, la FSH (hormone folliculo-stimulante) et la LH (hormone lutéinisante) influent également sur le déroulement du cycle. Ces deux hormones sont produites dans l’hypophyse. Le cycle menstruel comprend deux phases. Avec le début des règles commence la phase pré-ovulatoire (phase de formation), qui prend fin avec l’ovulation. La deuxième phase, la phase post-ovulatoire (phase de sécrétion), commence à l’ovulation et prend fin avec le début des règles suivantes.

La phase pré-ovulatoire

Alors que la plupart des femmes ont le sentiment que leur cycle s’achève quand elles ont leurs règles, cette période correspond en fait au commencement d’un nouveau cycle. Au niveau de l’utérus, la muqueuse ancienne est rejetée afin de créer de nouveau les conditions idéales pour la nidification éventuelle d’un ovule fécondé. Mais les ovaires sont également actifs. Sous l’action de l’hormone FSH, les follicules dans les ovaires commencent à se développer pour arriver à maturation. En peu de temps, un follicule s’impose, devient plus gros que les autres et continue seul sa maturation. Plus il grandit, plus il libère d’œstrogènes dans le corps. Cette hormone sert à former la nouvelle muqueuse utérine à la fin des règles. La durée de la phase pré-ovulatoire varie d’une femme à l’autre.

L’ovulation

Une fois que le niveau d’œstrogènes dans le sang dépasse un certain seuil, l’hypophyse sécrète l’hormone LH. Les ovaires réagissent à cette hormone et l’ovulation est déclenchée. Le follicule libère l’ovule dans la trompe de Fallope. L’ovule lui-même ne peut être fécondé que pendant 24 heures. Dans la mesure où les spermatozoïdes peuvent survivre jusqu’à trois jours dans l’utérus, les jours précédant immédiatement l’ovulation sont particulièrement propices à la fécondation. Les spermatozoïdes peuvent déjà avoir parcouru une grande partie du chemin et «attendre» l’ovocyte.

La phase post-ovulatoire

Après l’ovulation, l’enveloppe folliculaire reste dans l’ovaire. La production hormonale se modifie et le follicule vide, également appelé corps jaune, produit davantage de progestérone. Cette hormone sert à approvisionner la muqueuse utérine en nutriments et à la préparer de manière optimale à la nidification d’un ovocyte fécondé. Dans le même temps, le taux d’œstrogènes diminue dans le corps. S’il n’y a pas de nidification d’un ovule dans la muqueuse utérine, le corps jaune disparaît en l’espace de 10 à 11 jours. Du fait de l’absence de production de progestérone, la muqueuse utérine est plus mal irriguée et se renouvelle. Les règles arrivent – et le cycle menstruel s’achève.

Fluctuations hormonales

Les fluctuations hormonales pendant le cycle menstruel modifient le milieu vaginal. Sous l’influence des œstrogènes, le glycogène (glucide) se dépose davantage dans les parois cellulaires. Les levures telles que Candida albicans disposent alors de conditions particulièrement adéquates pour se multiplier. Beaucoup de mycoses au niveau de la zone intime se développent à cause des fluctuations hormonales survenant pendant le cycle menstruel. Les produits délivrés en pharmacie sans ordonnance peuvent vous aider.

Symptômes menstruels

Les femmes particulièrement jeunes ou très minces souffrent souvent de douleurs menstruelles importantes. Le corps médical appelle «dysménorrhée» les douleurs et crampes survenant pendant les règles. A l’origine de ces symptômes, les contractions utérines, semblables à des crampes, qui servent à rejeter la muqueuse utérine. Les douleurs menstruelles intenses peuvent «mettre complètement K.O.» les femmes concernées pendant des heures ou des jours. Ces crampes s’accompagnent aussi souvent de troubles tels que diarrhée, nausées, vertiges ou maux de tête pouvant aller jusqu’à la migraine. La chaleur et le repos sont assez efficaces en cas de douleurs menstruelles légères. De même, des activités sportives douces qui détendent l’abdomen peuvent soulager les symptômes. En revanche, les femmes qui souffrent de douleurs menstruelles intenses doivent consulter leurs gynécologues. Dans certains cas, ces douleurs masquent une endométriose. Si des causes organiques sont exclues, les analgésiques disponibles en pharmacie aident à soulager les symptômes. La prise d’un moyen de contraception hormonale (pilule) peut également apporter un soulagement. Les douleurs menstruelles intenses ne sont pas une fatalité – il existe des options thérapeutiques efficaces.

Sommet