Vaginose bactérienne: conseils pour le diagnostic

En cas d’apparition de symptômes dans la zone intime tels que démangeaisons, sensations de brûlure ou augmentation des pertes, il est indispensable d’agir. En effet, les symptômes ne disparaissent malheureusement pas d’eux-mêmes. Cependant, pour choisir le bon traitement, il est important de distinguer les différents types d’infections.

Mycose vaginale ou vaginose?

On confond souvent principalement la mycose vaginale et la vaginose bactérienne. Les deux maladies sont fréquentes. Toutefois, elles sont dues à des agents pathogènes totalement différents: alors que des levures sont principalement à l’origine des mycoses vaginales, la vaginose est quant à elle liée à une colonisation excessive par des bactéries. De ce fait, le traitement repose également sur des principes actifs très différents, à savoir un antimycosique (pour la mycose vaginale) ou un antibiotique comme le métronidazole ou un gel à base d’acide lactique (pour la vaginose bactérienne). Avec un autotest innovant, vous pouvez vous-même déterminer l’infection dont vous souffrez. Cet autodiagnostic mesure le pH du milieu vaginal et, en association avec vos symptômes, vous indique la maladie vaginale dont vous souffrez par le biais d’un code couleur.

Pour bien reconnaître une vaginose bactérienne

Si vous constatez des symptômes d’une infection dans la zone intime, vous devez surtout tenir compte des pertes. Celles-ci offrent souvent des indices clairs. En cas de vaginose bactérienne, les pertes sont généralement liquides, de couleur grisâtre et ont une odeur de poisson que la plupart des femmes jugent désagréable. Commencez un traitement efficace dès que vous constatez une vaginose bactérienne. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un gel à base d’acide lactique qui soulagera normalement vos symptômes en deux ou trois jours. En cas de doute concernant le diagnostic, il convient de consulter un professionnel de santé ou votre gynécologue. Il en va de même si vous êtes enceinte.

Pose du diagnostic par le gynécologue

Le gynécologue effectue un prélèvement et procède à divers examens.

  • Diagnostic visuel: apparence des pertes
  • Diagnostic olfactif: l’odeur de poisson est renforcée par l’adjonction d’une solution de KOH à 10%
  • pH: celui-ci est supérieur à 4,5 en cas de vaginose
  • Microscope: l’examen au microscope permet de mettre en évidence si les cellules vaginales sont colonisées par des bactéries.

Le diagnostic est jugé certain si trois des quatre critères sont remplis.

Sommet